24 06 21

Heydrich

Peu d’historiens ont analysé la personnalité de celui que les Britanniques considéraient comme « l’homme le plus dangereux d’Allemagne ». Mario R. Dederichs s’est donc lancé dans une biographie inédite et passionnante du « jeune et méchant dieu de la mort ». Voulant comprendre comment une telle barbarie avait été possible au cœur de l’Europe et dans un siècle de progrès, Dederichs s’est penché jusqu’à sa mort en 2003 sur « le cas Heydrich ».

Explorant des sources encore inconnues au Bundearchiv de Berlin ou aux archives américaines de Washington DC, l’auteur, dont les travaux furent repris par des collègues et amis, explorent la vie de cet homme associé à la conférence de Wannsee qui scella la politique d’extermination nazie. Car le parcours du « boucher de Prague » assoiffé de pouvoir est très intéressant dans le contexte d’une Allemagne tiraillée entre le glorieux passé impérial, la défaite et le virage engagé vers le national-socialisme.

Des premières années difficiles d’un enfant malade, à la carrière ratée dans la Marine du Reich, les parcours intellectuel et militaire ainsi que les aspects psychologiques du personnage sont étudiés. L’irrésistible ascension du nazi zélé qui va trouver la reconnaissance au sein de l’Ordre noir (SS) est présentée de manière minutieuse, tout comme son rôle déterminant dans la Solution finale. Au-delà de l’homme, Dederichs nous fait pénétrer dans le quotidien d’une famille marquée par l’apparence, la grandeur du sang et la volonté farouche de nier les crimes dont on accuse Heydrich, et ce, jusqu’à la mort de son épouse en 1985.

Chez Tallandier, 295 pages, 25 €. (Fiche de la réédition de 2019)